Mettre à jour: 18 Décembre 2013
Les Hanoiens aiment siroter un café dans des lieux qui ont de l’allure ; le plaisir est alors autant dans le breuvage que dans l’ambiance. Hanoi regorge de cafés stylés, elle en a même fait un art de vivre.

Situé rue Hàng Bun, le café Xe Cô a comme particularité d’exposer bicyclettes et motos anciennes. Les clients sont nombreux, notamment les week-ends. Ils dégustent un verre de café tout en admirant ces véhicules d’une autre époque. Le café est excellent. Pas étonnant car le patron, Nguyên Van Vinh, a une plantation dans les hauts plateaux du Centre. Devant le succès de son estaminet, il a décidé d’en ouvrir un second rue Tho Nhuôm.

Nguyên Van Vinh est passionné de véhicules anciens depuis sa jeunesse. Dans le bourg de Câu Diên, district suburbain de Tu Liêm (Hanoi), il a un grand espace pour sa trentaine de véhicules. Doué pour la mécanique, M. Vinh a réussi à leur redonner une seconde jeunesse. «Au début, mon café était un lieu d’échanges entre passionnés. Au fil du temps, d’autres clients sont arrivés, séduits par son cadre original», confie-t-il.

Mémoires de guerre

S’il est bien différent du café Xe Cô, le café Linh, rue Hàng Buôm, en a le même esprit. La seule différence, c’est que les objets exposés ne sont pas des deux-roues. Vu de l’extérieur, ce bar est semblable aux autres. Mais, à l’intérieur, les clients se retrouvent face à des dizaines d’objets datant de la guerre contre les Américains. Les créateurs sont Lê Tuân Nghia et Nguyên Van Phuong, nés en 1967. Le fruit de plus de 20 ans de recherches.

Le café Linh comprend deux parties : l’une avec des objets de soldats de l’Oncle Hô et l’autre avec ceux de soldats américains. On peut y voir des boussoles, des cordes de hamac et tout le matériel du parfait bidasse... Lê Tuân Nghia : «La plupart ont été ramassés par nous. Mais certains d’entre eux sont des cadeaux de vétérans lors de leur visite au café. Mon bar attire non seulement les vétérans Vietnamiens mais aussi des Français et des Américains. Ils viennent se replonger dans leurs souvenirs de guerre».

Chant des zostérops

Contrairement aux cafés Linh et Xe Cô, le café Chim est en plein air, dans un espace verdoyant au carrefour des rues Nguyên Du et Trân Binh Trong, au bord du lac Thiên Quang. Sa particularité, ce sont ses dizaines de cages d’oiseaux accrochées à des barres de fer prévues à cet effet. Les clients dégustent leur café en écoutant les chants. Dépaysement garanti.

Les oiseaux n’appartiennent pas au patron mais aux clients, pour la plupart membres du Club des zostérops (petit passereau de couleur verte, l’un des principaux oiseaux de cage au Vietnam) de Halle (Halle était le nom autrefois du lac de Thiên Quang). Ce club regroupe une centaine de membres qui se réunissent souvent le matin, notamment les week-ends.

Selon les clients du café Chim, après la fermeture du café Cây Da (situé au sein du Palais des pionniers de Hanoi), les passionnés d’oiseaux ont choisi ce café dont le patron, M. Hùng, est membre du club.

Le café Chim séduit aussi les touristes de passage. Audrey Falcon, un Français, confie : «Je n’ai jamais vu un spectacle aussi charmant ! Tant d’oiseaux, tant de chants, c’est incroyable !».

Le Café Xe Cô
11-13, rue Hàng Bun
92B, rue Tho Nhuôm

Le Café Linh
65, rue Hàng Buôm

Le Café Chim
Au bord du lac Thiên Quang, côté de la rue Nguyên Du

 

 

Source:
Rapporter