On ne peut venir à Ha Noi sans visiter la cité royale de Thang Long. Vieille de plus de mille ans, ce site compte parmi les sites historiques et culturels inestimables du Viet Nam. En 2010, elle a été inscrite dans la liste de patrimoine mondial de l’UNESCO.

Lors de son accession au trône, il y a plus de 10 siècles, le roi Ly Cong Uan décida de transférer la capitale Hoa Lu à la citadelle de Dai La, et fit construire la cité royale de Thang Long sur les vestiges de cette ancienne citadelle. La nouvelle capitale comprenait trois murs d'enceinte. Le mur d'enceinte extérieur, dénommé Kinh Thanh (Cité capitale), abritait la population civile. Hoang Thanh (la Cité royale), au milieu, abritait la Cour, lieu de résidence et de travail des mandarins. Tu Cam Thanh (la Cité pourpre interdite), à l'intérieur, était réservée au roi, à la reine et aux concubines. Bien que de certaines parties aient été endommagées pendant la guerre, les ouvrages restants suffisent à émerveiller n’importe quel visiteur : la porte principale (Doan Mon), la porte du Nord, le palais du trône Kinh Thien, la Tour du drapeau de Hanoi...

Situé au milieu de la cité royale et considéré comme l’un des chefs-d’oeuvre de l’architecture d’An Nam, le palais Kinh Thien est remarquable même si ne subiste qu'une partie du plancher et des marches en pierre encadrées de rampes en forme de dragons. En 2010, alors qu’Hanoi célébrait son millénaire, des archéologues ont découvert au coeur de la cité impériale les restes de l'ancienne cité royale.

L’historien Le Van Lan explique : « À 4m de profondeur se trouve les vestiges de l’ancienne citadelle de Dai La. À 3 m, les archéologues ont découvert des traces de la dynastie des Ly du 11e au 12e siècle et à 2 m, des vestiges de la dynastie des Tran (13e siècle). Ces fouilles ont montré que la Cité royale de Thang Long a été un lieu de pouvoir politique national de manière continue pendant plus de mille ans ».

À l'intérieur de la citadelle subsiste des bâtiments coloniaux français et la maison D 67, siège du Bureau politique et du Comité central du Parti communiste du Vietnam où des décisions cruciales pour la réunification du pays ont été prises.

« Maintenant, les organes les plus importants de l’État se concentrent autour de cet endroit", indique le professeur et historien Phan Huy Le. "Ce site, bien que de superficie modeste et sans ouvrages imposants, recèle une dimension historique et culturelle précieuse ».

Le 1er août 2010, la cité impériale de Thang Long-Hanoi a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Le site témoigne des échanges culturels importants qui ont façonné la culture de la basse vallée du fleuve Rouge sur plus de mille ans.
 

Source: AVI