L'Administration nationale du Tourisme a demandé aux voyagistes de suspendre les voyages en Guinée, au Liberia, en Sierra Leone et au Nigeria, où sévit le virus Ebola.

Elle leur a également recommandé d'informer les touristes des mesures de prévention conseillées par le ministère de la Santé. En accueillant des clients en provenance des régions touchées par l'épidémie, les agences de voyage doivent coopérer étroitement avec les services médicaux afin d'effectuer les contrôles sanitaires nécessaires.

Pour les hôtels, il leur faut prendre des mesures afin d'assurer la santé de leurs clients, collaborer avec les établissements médicaux locaux et informer les services compétents de tout signe de contamination par le virus.

Les Services provinciaux de la Culture, des Sports et du Tourisme suivent de près la situation et appliquent des mesures afin de prévenir tout risque de contamination via le tourisme.

Le 11 août, une délégation du ministère de la Santé, conduite par le vice-ministre Nguyen Thanh Long, a examiné les mesures de prévention à l'aéroport international de Noi Bai, Hanoi.

Cet aéroport applique, entre autres, une déclaration médicale pour les passagers en provenance des zones touchées par Ebola. Elle emploie également des appareils pour mesurer la température corporelle. Des équipes médicales ont été créées, opérationnelles 24h/24, chargées des contrôles de toutes les arrivées internationales.

Le même jour, le ministère de la Santé a décidé de mettre sur pied un centre des opérations d'urgence chargé de recueillir, de synthétiser, d'analyser et de partager des informations sur les épidémies au service de la prévention et de lutte contre celles-ci.

Le virus Ebola est une maladie transmissible aiguë, très grave, classée dans le groupe A dans la Loi de prévention et de lutte contre les maladies transmissibles. Cette virose aiguë sévère se caractérise par une apparition brutale de fièvre, une faiblesse intense, des myalgies, des céphalées et une irritation de la gorge. Ces symptômes sont suivis de vomissements, de diarrhée, d’une éruption cutanée, d’une insuffisancee rénale et hépathique, et dans certains cas, d’hémorragies internes et externes. Le virus se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans la population par transmission interhumaine. Il s’introduit dans la population humaine après un contact étroit avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques d’animaux infectés...

Depuis sa découverte en 1976, le virus a été à l'origine de plus de 20 épidémies, mais l'actuelle flambée en Afrique de l'Ouest, en cours depuis le début de l'année, est la plus grave de toutes, avec plus de 960 morts sur près de 1.800 cas recensés (confirmés, probables ou suspect), selon un bilan de l'OMS diffusé le 8 août.

Vendredi dernier, l'OMS a annoncé que l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola en Afrique de l'Ouest représente une "urgence de santé publique mondiale". L'OMS a demandé une "réponse internationale coordonnée".

Source: