Le Monde diplomatique, mensuel français d'information et d'opinion, vient de publier l'article «Charters russes pour le Vietnam » de Jordan Pouille qui parle de la nouvelle destination des touristes russes : le Vietnam.

Les « printemps arabes » et les manifestations thaïlandaises à répétition ont modifié les habitudes des vacanciers russes. Sur les plages de Mui Ne et de Phan Thiet (Centre du Vietnam), à deux cents kilomètres d'Ho Chi Minh-Ville, pêcheurs et hôteliers s’adaptent à ces nouveaux arrivants.

Loin des rizières en terrasses, des rives poétiques du Mékong, de la fameuse baie d’Halong ou de l’architecture coloniale de Hanoi et de Ho Chi Minh-Ville, ce littoral poissonneux n’attire pas les voyagistes occidentaux. En revanche, leurs homologues russes s’y précipitent, et, avec eux, leurs clients, avides de farniente langoureux pour oublier un temps la rudesse de l’hiver. A Moscou, les toits croulent sous la neige de novembre à début avril. Et les travailleurs russes jouissent de quarante jours de congés payés par an.

Pour bien accueillir un grand nombre de touristes, les agences de voyage du Centre ont noué des relations avec les quelques 250 hôtels qui viennent d’être inaugurés dans la ville de Nha Trang, et les 139 hôtels sur les plages de Phan Thiet et de Mui Ne. Les stations balnéaires de luxe comme Pandanus, Terracotta Resort, Swiss Village, Malibu, Great Coconut, Ocean Stars... possèdent toutes des piscines près de la mer, des maisons en bois aux vérandas larges... Un séjour de 12 jours coûte de 1.000 à 1.200 dollars.

A côté de ces points forts, l’article cite également des lacunes à régler, dont des désordres en matière de commerce. Les prix dans les magasins et libres-services dans ces endroits est plus élevé de 30 % que dans les autres lieux. D’autre part, la difficulté de communication entre les touristes et la population locale aboutit parfois à une mauvaise compréhension mutuelle. Pour limiter de telles histoires regrettables, l’Ecole de tourisme de Nha Trang a invité des enseignants de russe en mission au Centre des sciences et de la culture russe à Hanoi pour donner des cours à 82 étudiants en vue de devenir guide touristique dans ces localités.

Toujours d’après Jordan Pouille, le ministère vietnamien de la Culture, du Sport et du Tourisme a décidé d’augmenter ses investissements dans la construction et l’amélioration des infrastructures touristiques, ainsi que de varier les produits et services touristiques afin d'attirer davantage de touristes étrangers. Grâce à l’amélioration des stations balnéaires, le Vietnam pourrait accueillir un million de touristes russes par an.

Source: