Le Vietnam a soumis à l’UNESCO un dossier intitulé « Les rites et le jeu du tir à la corde » dans l’espoir de le voir inscrire dans la liste représentative du patrimoine mondial de 2015. En fait, ce dossier n’est pas uniquement vietnamien. La République de Corée, le Cambodge et les Philippines y ont aussi pris part, ce jeu existant aussi dans ces pays.

C’est la première fois que le Vietnam collabore avec d’autres pays dans l’élaboration d’un dossier de patrimoine culturel multinational. L’UNESCO examinera donc le dossier en question et le résultat officiel tombera fin 2015. Le tir à la corde est un jeu folklorique très ancien. Au Vietnam, il se pratique à l’occasion de diverses fêtes printanières, au cours desquelles les habitants prient pour s’attirer un climat clément, de bonnes récoltes et le bonheur familial. Le tir à la corde traduit la force de l’union des agriculteurs.

Le professeur Ngo Duc Thinh, membre du Conseil national du patrimoine culturel : « Le tir à la corde n’est pas qu’un jeu. C’est aussi une compétition spirituelle. La partie gagnante sera invitée au temple pour se prosterner devant les génies. Les membres de l’équipe croient qu’au-delà des récompenses matérielles et de l’honneur d’avoir gagné, ils ont obtenu la bénédiction des génies, pour eux-mêmes mais aussi pour tout leur village. C’est pourquoi ce n’est pas qu’un divertissement. C’est un véritable rituel ».

A Huu Chap, village de la province de Bac Ninh, au Nord, le tir à la corde est le principal rituel de la fête villageoise, une fête qui, depuis plus de quatre siècles, a lieu tous les ans, au quatrième jour du premier mois lunaire. Autrefois, les hommes devaient tirer de lourdes et massives planches de bois pour construire tel ou tel édifice. Aujourd’hui, ces gestes ancestraux sont reproduits au cours de la fête.

Nguyen Van Chuan, président de l’association des personnes du troisième âge du village, fait savoir : « Dans le tir à la corde ordinaire, on utilisait souvent le « toron de trois fils de caret », mais dans mon village, Huu Chap, ce toron a été remplacé par deux tiges de bambou, qui font allusion à la légende des planches de bois. Le rituel du tir à la corde, en l’occurence au bambou, nécessite des mois de préparation. Une fois le bon bambou trouvé, il faut choisir le jour faste pour le tailler en préparation de la fête. La famille dont le bambou a été choisi se sent honorée, et les jeunes hommes sélectionnés pour le jeu font honneur à toute leur lignée familiale ».

Tradition oblige, 70 jeunes hommes du village sont répartis en deux équipes égales, celle de l’Est et celle de l’Ouest. Celles-ci doivent se mesurer en trois manches, celle qui en gagne deux remportant la compétition. Voilà pour la règle, mais en réalité, c’est toujours l’équipe de l’Est qui gagne, puisque les villageois croient que c’est la condition nécessaire à de bonnes récoltes. Ainsi, ne soyez pas étonnés de voir que pendant la dernière partie, tous les spectateurs affluent pour prêter main forte à l’équipe de l’Est. De toutes façons, la fête se termine toujours dans la joie.

Au Vietnam, le tir à la corde est pratiqué par de nombreuses ethnies. La corde peut toutefois être remplacée par un bâton. Et dans certains cas, il n’y a pas de corde du tout. Les joueurs se tirent par les mains. Mais quelle que soit sa forme, le tir à la corde exprime la force de l’union.

Le compositeur Thao Giang, un grand spécialiste de la culture folklorique, indique : « Le tir à la corde est pratiqué dans d’autres pays aussi, mais les Vietnamiens ont un style qui leur est propre. Pour eux, ce jeu est un exercice d’éducation physique et c’est la joie qui prime ! Pas de place à la violence ni à la concurrence, encore moins au conflit… ».

Dans la société moderne, le tir à la corde garde toujours une place de choix dans les festivités populaires. Le Vietnam espère que ce jeu sera reconnu au niveau international pour qu'il fasse de plus en plus d'adeptes.

Source: