La province de Ninh Binh (Nord) regorge de magnifiques paysages karstiques, et le site de Tràng An est l’un des plus remarquables. Allons à la découverte de ce que l’on surnomme la «baie de Ha Long terrestre» !

Tràng An couvre 10.000 ha sur les districts de Hoa Lu, Gia Viên, Nho Quan et la ville de Ninh Binh. Il comprend le site d’écotourisme de Tràng An, Tam Côc - Bích Ðông et l’ancienne capitale Hoa Lu.

Selon les chercheurs, Tràng An était autrefois «l’ancienne baie de Hoa Lu». La construction de digues pour endiguer les inondations et les incursions des eaux marines sont à l’origine de ce mariage entre le karst et l’eau. Les experts considèrent Tràng An comme un «musée géologique en plein air».

Selon le Dr Ryan Rabett, de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni), «Tràng An est un complexe tout à fait unique de l’histoire humaine, non seulement pour le Vietnam, mais aussi pour la région. Il a une double richesse : naturelle et culturelle».

De nombreux temples

À Tam Côc - Bích Ðông trône le temple de Thai Vi à l’architecture unique avec ses grandes colonnes de pierre monolithes. En face, il y a un puits, et dans la cour, une vieille cloche moulée en 1689. À quelques kilomètres du temple se situe la pagode de Bích Ðông, nichée sur une montagne. De là, le panorama est époustouflant.

La découverte de Tràng An emmène encore à d’autres vestiges et sites culturo-historiques dont l’ancienne capitale Hoa Lu (968-1009). Près de l’embarcadère se trouve le temple de Trinh honorant deux mandarins qui ont protégé cette région. Sans oublier le temple de Không, aussi appelé Cây Thi (Temple aux Plaqueminiers) parce qu’il y a deux vénérables plaqueminiers donnant deux types de fruits, rond et plat. Ce temple est dédié à sept mandarins fidèles de la cour (968-980).

Le temple des Trân est situé sur une montagne. Le chemin qui y mène est long et raide, mais plus on monte, plus on est récompensé par la beauté du paysage. La légende veut que le temple ait été construit par le roi Ðinh Tiên Hoàng au même moment que la construction du Temple des rois Hùng (considérés comme les ancêtres des Viêt) à Phú Tho (Nord). Plus tard, le roi Trân Thái Tông (1218-1277) est venu établir une résidence royale et améliorer le temple, c’est pourquoi le temple fut appelé «le Temple des Trân». Il est dédié au culte du Génie Quý Minh qui défendait la porte sud de la capitale Hoa Lu.

Chaque année, le 18e jour du 3e mois lunaire, de nombreux visiteurs de toutes les régions du pays viennent assister à la Fête du Temple des Trân et visiter la région de Tràng An. Plus de dix siècles se sont écoulés, mais les images des dragons, licornes, tortues et phénix délicatement sculptés sur les piliers de pierre du temple sont encore intactes.

Une terre d’histoire

Les historiens disent que Tràng An est associé aux valeurs historiques et culturelles de l’ancienne capitale de Hoa Lu. Selon les annales historiques, en 968, après avoir vaincu les armées d’autres seigneurs et unifié le pays, Ðinh Tiên Hoàng est monté sur le trône. Il a choisi d’implanter la capitale à Hoa Lu et nomma le pays «Ðai Cô Viêt». De 968 à 1009, six rois de trois dynasties - Ðinh, Lê et Lý - s’y sont succédés. En 1010, le roi Lý Thái Tô a transféré la capitale de Hoa Lu (Ninh Binh) à Thang Long (Hanoi).

Chaque année, du 6e au 8e jour du 3e mois lunaire, les habitants de Ninh Binh organisent la Fête de l’ancienne capitale Hoa Lu pour commémorer les rois Ðinh Tiên Hoàng et Lê Ðai Hành.

Source: AVI