Le sanctuaire de My Son vient d’être élu par le site touristique international touropia.com l’une des 10 destinations les plus attrayantes au Vietnam. Niché dans une vallée, le site, qui a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 1999, est un ensemble architectural remarquable du royaume du Champa.

Avec ses 70 bâtiments en brique et en pierre construits entre le IVe et le XIIIe siècle, My Son était autrefois la capitale religieuse et politique du royaume du Champa ainsi que le lieu de sépulture des rois et des moines. A My Son, l’objet de culte était le linga, une pierre dressée et représentation classique de Shiva. Le génie vénéré était Bhardresvara, roi fondateur de la région d'Amaravati vers la seconde moitié du IVe siècle - début du Ve siècle. La composante principale est une tour érigée pour la divinité du roi ; elle est entourée d’autres plus petites. Les tours en forme de pyramide symbolisent le mont Meru, sommet mythique dans la religion hindoue. La diversité architecturale du lieu illustre le talent des artisans Chams qui sculptèrent sur les tours des figures très expressives.

Aujourd’hui, My Son possède une trentaine de tours en briques, même si la majeure partie d’entre elles sont en ruine. Ce sanctuaire est considéré comme un musée à ciel ouvert inestimable où l’on peut découvrir la culture du Royaume du Champa. Les oeuvres architecturales et sculpturales sont le miroir de l’esprit du peuple Cham, permettant aujourd’hui de comprendre leur conception de l’univers, de la vie et de la mort... En plus de l’érosion, le sanctuaire de My Son a subi les destructions des hommes et de la guerre. Mais le site a su renaître de ses cendres pour retrouver une certaine splendeur... Aujourd hui, les touristes affluent des quatre coins du monde.

Dat Chu, un Cham à Ninh Thuan, indique : "Parler de la culture champa, c’est parler de la diversité et de l’originalité. Les scientifiques n’en finissent pas de découvrir des énigmes cachées dans chaque brique, chaque pierre. Je suis très touché car c’est ici que je retrouve mon origine. Aujourd’hui, le site fait partie du patrimoine mondial et j’en suis très fier".

My Son fut découvert en 1898 par un Français, Camille Paris, après six siècles laissés à l’abandon. Grâce aux recherches archéologiques réalisées par Henri Parmentier, ses secrets ont été dévoilés au fur et à mesure. C’est au milieu de l’année 2013 que les visiteurs ont pu découvrir, après 14 ans de restauration, le temple G, l’une des tours les plus importantes et les plus originales du site. Plus de 60 objets du temple ont été découverts et restaurés.

Federico est un archéologue italien qui a participé à sa restauration entre 2004 et 2005. "Avant de participer à ce projet, j’ai beaucoup lu sur la culture champa. Mais voir les temples de mes propres yeux, c’est superbe ! L’ouvrage restauré est magnifique. C’est comme un miracle. Imaginez-vous qu’avant notre arrivée, le site était laissé à l’abandon et envahi par les herbes. Personne n’y venait", a-t-il confié.

Aujourd’hui, le sanctuaire de My Son est un site incontournable du Centre du Vietnam. Tout autant pittoresque que les très célèbres temples d’Angkor au Cambodge, de Bagan au Myanmar ou de Borobudur en Indonésie, le sanctuaire de My Son est un témoin privilégié de l’histoire de l’ancien Champa, et désormais une partie importante du patrimoine mondial.

Source: AVI