Mettre à jour: 30 Juin 2014
Le fleuve Dông Nai traverse de larges espaces bordés de collines qui se succèdent sans fin. Au centre de cette région, le sanctuaire de Cat Tiên, situé dans le district du même nom (province de Lâm Dông), dévoile ses trésors sur 17 km environ.

Les ruines du temple pyramidal du sanctuaire de Cat Tiên.

En plus du Parc national de Cat Tiên déjà inscrit au Patrimoine naturel mondial, la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre) cache un vestige culturel. Les gens l’appellent le sanctuaire de Cat Tiên sans connaître sa divinité. Il est situé entre la commune de Quang Ngai et celle de Duc Phô dans le district de Cat Tiên. Il faut suivre la nationale 20 pour s’y rendre : direction la ville de Dà Lat, puis au carrefour Madagui emprunter la route provinciale 721 sur une quarantaine de kilomètres.

Une cité religieuse hindouiste

Statues en pierre, morceaux d’objets en céramique, briques et toits brisés ou encore organes de reproduction linga et yoni en pierres, les habitants n’avaient pas attendu l’arrivée des archéologues, en 1985, pour ramasser les trésors des lieux. Il aura fallu quatre fouilles (de 1994 à l’an 2000), pour commencer à dévoiler la richesse du sanctuaire de Cat Tiên. Diverses formes ont été révélées : temples et tombeaux pyramidaux, système de gouttière, longues maisons, routes, fours de briques. Le tout, construit essentiellement en briques fabriquées sur place et en pierres importées issues d’autres localités. Probablement à l’aide des quatre fours de briques de 15 m de long et plus de 3 m de large, découverts dans les champs Bay Mâu et le long de la rive gauche de la rivière Dông Nai dans la commune de Quang Ngai. Leur ouverture s’oriente vers le sud afin d’accueillir le vent.

Selon les archéologues, il pourrait s’agir d’une cité religieuse hindouiste construite du VIIe au XIe siècle. Lors des quatre fouilles suivantes (de 2001 à 2006), les scientifiques ont daté le sanctuaire du IVe au VIIe siècle. Trente ans après la première fouille, on ne connaît toujours pas la vraie divinité du sanctuaire. Le professeur Trân Quôc Vuong pensait que ce vestige appartenait aux Ma aussi connus sous le nom de Châu Ma, Ma Xôp, Ma Tô, Ma Krung, Ma Ngan, une ethnie minoritaire locale installée depuis longtemps dans la province de Lâm Dông. Et pour cause, dans la communauté, une légende concernant un royaume Ma se transmet de génération en génération. Les fouilles ont révélé que le temple pyramidal du sanctuaire de Cat Tiên dispose d’un mur d’une hauteur de 2 à 2,5 m. En son centre, les organes de reproduction linga-yoni sont installés dans un grand espace.

Plus de 1.100 objets anciens précieux

Les fouilles ont permis de mettre au jour plus de 1.100 objets anciens précieux, fabriqués avec des matériaux différents : or (morceaux de reliefs, bagues, organes de reproduction de petite taille), argent et étain (pots, jarres), cuivre (miroirs, assiettes, pieds de lampe, cymbales, cloches, couteaux...), fer (lances, couteaux, clous), en pierre de diverses sortes (des statues pour rendre le culte, perrons, haches, piliers ronds), céramique (lampes...).

Parmi eux, le plus original est constitué de 265 morceaux de reliefs raffinés en or, chacun représentant une période prospère. Outre les morceaux d’or aplatis et en forme de fleurs, les archéologues ont découvert des morceaux d’or gravés représentants une personne à plusieurs têtes et plusieurs mains, mais aussi un homme-singe. Ils estiment que ce serait des personnages issus de l’épopée Ramayana (Inde). Les archéologues ont aussi mis au jour une boîte en argent, de 18 cm sur 9 cm, gravée d’un lion à longue crinière. Les motifs de décoration de l’objet, jamais observés dans les vestiges archéologiques du pays, demeurent inconnus.

De leur côté, les objets symbolisants les organes de reproduction linga, linga-yoni, yoni ont revêtus diverses formes. Fabriqués dans différents matériaux (or, argent, cuivre, quartz, pierre, terre nuite), certains d’entre eux figurent sur la liste des records régionaux : comme le plus petit linga en or d’Asie du Sud-Est, le plus grand linga en quartz d’Asie du Sud-Est...
 

Source: