«Croyance et durée», c’est le thème qu’a choisi le peintre Mai Dac Linh pour sa première exposition privée à Paris, en France. Sa vingtaine de peintures sur laque et sur papier do a laissé au public français de bonnes impressions sur les beaux-arts vietnamiens contemporains. Son secret : utiliser le langage occidental pour parler des valeurs vietnamiennes.

Mai Dac Linh s’est présenté au public français en février dernier avec 13 tableaux laqués, dont 5 en grand format, et une dizaine de peintures en papier do, support traditionnel pour les estampes populaires vietnamiennes.

Il a su assimiler le style des arts plastiques européens, tout en intégrant les idées philosophiques d’Asie du Sud, c’est-à-dire utiliser une manière occidentale pour exprimer les traditions vietnamiennes. Chacune des œuvres de nacre de Mai Dac Linh est reconnue pour sa rondeur, son élégance et son aptitude à se marier avec les coloris adaptés, que ce soit du jaune, du vert, du rouge ou du rose.

«Le Vietnam est un pays agricole où chaque petit village a sa pagode, dit Mai Dac Linh. Les Vietnamiens sont majoritairement bouddhistes. Nos ancêtres ont utilisé la technique de la laque pour décorer leurs statues de Bouddha et les autres objets de culte dans les cérémonies bouddhiques. Je souhaite m’inscrire dans la continuité de cette histoire, en essayant de faire ressortir l’humanité et l’esprit bouddhistes de mes peintures. C’est ma façon de communiquer avec le public.»

Les noms que Mai Dac Linh a choisis pour ses peintures laquées sont pour le moins évocateurs : «Le temps en main», «Seul», «Notabilité familiale» ou encore «Chanson estivale»...

«Sa particularité, c’est qu’il a beaucoup étudié la technique de la nacre, remarque la critique française Corinne de Ménonville, auteur de l’ouvrage «La peinture vietnamienne, une aventure entre tradition et modernité». D’une part, il utilise des pigments naturels, mais surtout, il a rajouté des particules de nacre qui viennent de coquillages fossilisés pour donner une luminosité spécifique à son travail. Il a aussi travaillé la matière dans son épaisseur. Il la sculpte, l’imprime, la ciselle, un peu comme ce qu’avait fait un autre artiste plus âgé, Le Ba Dang, qui l’a sans doute inspiré. C’est un maniement contemporain de la technique de la nacre.»

Source: VOV