Le Théâtre Kim Môn, situé au 5, rue Ngo Gach, Hanoi, s’est transformé depuis peu en Centre de marionnettes pour enfants, sous la gestion du Théâtre de marionnettes de Thang Long. Ce Centre s’est spécialisé dans la présentation de marionnettes aux enfants, une bonne nouvelle pour les marionnettistes.  

L'"Artiste Émérite" et directeur du Théâtre de marionnettes de Thang Long, Hoàng Tuân, explique que ce Centre de marionnettes reconnu permettra d’encourager l’esprit créateur des artistes. Objectif : satisfaire les besoins des spectateurs vietnamiens en général, et plus particulièrement des enfants.

«Avant nous devions louer un espace pour une dizaine de millions de dôngs afin de préparer le nouveau programme», confie Hoàng Tuân. Avant de souligner : «Nous mettrons tout en œuvre pour organiser régulièrement des programmes destinés aux enfants».

Dans ce nouvel espace, se tient une exposition permettant de retracer le développement des marionnettes au Vietnam en général et à Hanoi en particulier, durant différentes périodes, sans oublier une salle destinée aux activités extra-scolaires des élèves.

Ce mois-ci, le centre prévoit de présenter deux spectacles de marionnettes actuellement en préparation. Il y aura aussi un autre programme de variété avec marionnettes, chansons et autres danses. Le tout, à l’intention des enfants vietnamiens.

Les marionnettes sur l’eau, un art populaire né dans le delta du Fleuve Rouge, sous la dynastie des Ly (1010-1225), sont sans conteste l’un des fleurons des folklores traditionnels vietnamiens. Emanation d’une civilisation essentiellement rizicole, elles occupent une place de choix dans les arts scéniques, au même titre que le chèo (théâtre populaire) et le tuông (théâtre classique).

Les spectacles de marionnettes sur l’eau représentent des scènes de la vie quotidienne qui retracent l’existence, les moeurs et coutumes spirituelles et matérielles traditionnelles des paysans vietnamiens. Chaque numéro de marionnettes sur l’eau est un spectacle joyeux dans lequel humour et humanisme se mélangent.

Plusieurs numéros enchantent l’imagination populaire: danse des fées au son des flûtes, évolution des dragons crachant des trombes d’eau et de feu, ébats des phénix amoureux. Mais ce sont les scènes de la vie quotidienne qui font le charme d’un art scénique paysan.

Le répertoire comporte aussi des scènes tirées de l’opéra populaire chèo, de l’ancienne histoire du Vietnam et des classiques chinois ». C’est donc tout l’âme de la rizière vietnamienne qui s’exprime avec ses personnages, traditions, rituels, animaux familiers, dieux et génies divers.

Source: AVI