«Villageois! jeunes et vieux, hommes et femmes, du nord au sud, de l'ouest à l’est, venez assister à un banquet à la maison communale, pour trouver la fille du richard, nommé Thi Mâu, qui a eu un mal d'amour et des ennuis...»

Ces mots du haut-parleur d'une troupe de chèo (théâtre populaire) ont exhorté les villageois de Kim Liên (Phuong Liên, district de Dông Da, Hanoi) à affluer vers la maison communale pour assister à un spectacle de chèo. Cette nuit-là était prévu un programme de chèo joué par le Théâtre de chèo du Vietnam.

L'ambiance est à la fête car pendant longtemps, il n'y avait pas eu un tel événement à la maison communale de Kim Liên considérée comme l’un des «quatre temples sacrés dédiés aux quatre génies gardiens de Thang Long (l'ancien nom de Hanoi)».

À 19 heures, la cour de la maison communale était bondée, avec le public assis sur des nattes. Pham Thi Nam, âgée de plus de 70 ans, a confié gaiement : «Autrefois, dans la cour de la maison communale il y avait régulièrement des spectacles de chèo effectués par des troupes du village ou d'autres régions. Mais depuis longtemps, il n'y avait plus de représentations. Aujourd'hui, nous sommes très heureux, c’est comme un retour dans le passé !»

Les villageois ont apprécié les œillades de Thi Mâu, ressenti de la pitié pour Thi Kinh, qui a été faussement accusé par sa belle-mère Sùng, et étaient à moitié riant, moitié pleurant pendant la scène où tout le village inflige une amende à Thi Mâu qui aimait le novice Thi Kinh. Les spectacles de chèo, que ce soit dans le passé ou actuellement, reflètent toujours la lutte entre le bien et le mal, mais le bien et le beau gagnent toujours.

Lors de cette représentation, beaucoup de jeunes aimant le chèo ont été initiés par des artistes de la troupe à la façon de jouer les rôles de Thi Mâu, Thi Kinh. Le Dr Trân Dinh Ngôn, considéré comme le "roi du chèo" dans le Nord, a présenté l'histoire du chèo, les valeurs de cet art et des extraits populaires bien connus.

Devant l'atmosphère chaleureuse dans la cour de la maison communale du village de Kim Liên, M. Ngôn a déclaré avec émotion: «Pour ceux qui comme nous se consacrent à la préservation et au développement du chèo, l'enthousiasme des villageois de Kim Liên est un cadeau très important. Nous nous rendons compte que le chèo a encore une vitalité au sein du peuple vietnamien».

Le chèo est considéré comme le genre théâtral vietnamien le plus pur, car il est étroitement lié à la vie simple et rustique du peuple. Les décors sont minimalistes, le lieu de l'action n'est indiqué que par quelques meubles indispensables, point d'accessoires, une économie d'éléments décoratifs permet au spectateur de concentrer son attention sur les acteurs, les maquillages et les costumes hauts en couleurs, simples et élégants.

Le chèo à la maison communale du village Kim Liên est une activité du projet «Echo de mille ans», organisé par le groupe «Je déplace» en collaboration avec le Théâtre de chèo du Vietnam. L’objectif est de relancer la pratique du chèo dans les maisons communales, comme dans l’ancien Hanoi.

Après le succès de la performance dans le village de Kim Liên, le Théâtre de chèo du Vietnam renforcera ses tournées dans autres maisons communales pour attirer le public et relancer les activités culturelles de Thang Long – la capitale millénaire./.

Source: AVI