Faire de la randonnée au Vietnam est l’une des activités touristiques en vogue. Cela permet d’économiser de l’argent, de se maintenir en bonne santé et de profiter d’une immersion totale dans de magnifiques paysages. Vous pouvez choisir l’aventure en solo ou en groupe.

Trek à Sa Pa (Nord)

On retrouve les circuits classiques et faciles, dont le Parc national de Cuc Phuong (province de Ninh Binh, Nord), l’île de Cat Bà (ville portuaire de Hai Phong, Nord), des villages à Sa Pa (province de Lào Cai, Nord), le district de Mai Châu (province de Hoà Binh, Nord), la zone rurale de la province de Ninh Binh, les îles et vergers du delta du Mékong, et le mont Lang Bian (province de Lâm Dông, hauts plateaux du Centre).

Il existe aussi des sites plus difficiles, dont le mont Phu Song Sung de la cordillère de Hoàng Liên Son (province septentrionale de Yên Bai), le mont Tam Dao (province de Vinh Phuc, Nord), la forêt de Cat Bà (ville de Hai Phong), le Parc national de Xuân Son (province de Phu Tho, Nord), le Parc national de Pù Luông (province de Thanh Hoa, Centre), le Parc national de Pù Mat (province de Nghê An, Centre), la grotte Thiên Duong (province de Quang Binh, Centre). Les randonneurs doivent rechercher par eux-mêmes leurs itinéraires pour ces destinations.

La durée d’un trek varie d’un jour à une semaine. On peut gravir une montagne, faire du camping, traverser une forêt, admirer la vie rurale. Les voyageurs étrangers préfèrent généralement les sites du Nord-Est, du Nord-Ouest ou du delta du Mékong, notamment le sommet de Fansipan.

Un expert allemand de la randonnée estime que le Vietnam bénéficie de nombreux avantages en termes de ressources naturelles et culturelles pour développer les activités pédestres, ces dernières étant, selon lui, pas assez exploitées.

Les treks en montagne, un souvenir inoubliable

Souhaitant s’éloigner de l’effervescence de grandes villes, notamment des rues animées et bruyantes de la capitale, de nombreux marcheurs décident de partir en montagne pour admirer les rizières en gradins, les maisons sur pilotis, en torchis, les tenues traditionnelles multicolores des femmes d’ethnies minoritaires.

Le sommet de Fansipan (Lào Cai), à 3.143 m, est le plus connu parmi les sites du Nord-Ouest. D’autres pics des monts qui se situent derrière du col Ô Quy Hô et bordent les routes reliant de Lào Cai à Yên Bai attirent aussi les randonneurs. Les monts et cols s’y succèdent, entrecoupés de villages pittoresques.

À Yên Bai, les montées sont plus douces et faciles d’accès. Les sommets escarpés, les pentes semées d’obstacles y sont remplacés par des rizières en gradins de Tu Lê à Mu Cang Chai.

Au Nord-Est, sur les routes vers la province de Hà Giang, on y découvre des montagnes magnifiques. À Quan Ba, on peut gravir deux sommets arrondis en forme de poitrine de jeune fille...

Faire de la randonnée en montagne, c’est l’occasion de visiter les villages des ethnies minoritaires accrochés aux pentes, de rencontrer les femmes des ethnies qui portent leurs enfants sur le dos en travaillant dans les champs, d’admirer les enfants des montagnes, de s’amuser au bord des champs. Le soir, c’est amusant d’y goûter l’alcool tao mèo (tiré d’une petite pomme locale), de manger de la viande de coq et du riz gluant cuit à la vapeur Tu Lê, une spécialité du Nord-Ouest.

Ces spectacles séduisent non seulement les randonneurs mais aussi les photographes. Et les treks en montagne offrent aux voyageurs de beaux souvenirs inoubliables.

 

Source: AVI