Mettre à jour: 26 Mars 2014
Dà Lat, à 1.500 mètres d’altitude sur les hauts plateaux du Centre, est surnommée le «petit Paris». Laissant bouche bée ses visiteurs par la beauté de ses environs, la ville fait depuis longtemps figure de paradis pour le repos et les excursions.  

La ville de Dà Lat est placée sous la tutelle administrative de la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre). La ville est à 1.500 km de Hanoi, 320 km de Hô Chi Minh-Ville et 135 km de la ville balnéaire de Nha Trang. D’une superficie de 393,29 km², elle héberge près de 215.400 habitants, selon le dernier recensement effectué en 2012. Cohabitent en ces lieux plusieurs ethnies minoritaires comme les Ma, les Co Ho, les Chu Ru... dont la vie est étroitement liée aux fêtes des gongs et autres feux de camp. Les habitants du cru vivent de la culture sur brûlis et de la culture florale.

Dà Lat draine un flot de touristes important grâce à ses paysages colorés, ses chutes majestueuses, ses lacs, ses prairies luxuriantes et ses vallées fleuries dus à son climat printanier toute l’année. Non contente d’être l’une des destinations favorites des Vietnamiens pour leur «Lune de miel», la localité attire énormément de visiteurs étrangers.

Un peu d’histoire

Dà Lat a été découverte en 1893, à la suite d’une expédition du célèbre médecin français Alexandre Yersin sur les hauts plateaux de Liang-Biang. Une jolie contrée perchée à 1.500 mètres d’altitude où convergent chutes d’eau écumeuses, lacs aux eaux limpides, collines couvertes de pins et tout un panel de fleurs plus ravissantes les unes que les autres, parfois très rares.

Quatre ans après, lorsque Paul Doumer - alors gouverneur général de l’Indochine - cherche un lieu pour installer un sanatorium afin de permettre, entre autres, aux coloniaux de récupérer de la fatigue accumulée en raison de la rudesse du climat tropical, Alexandre Yersin propose ce petit patelin au climat doux. Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, une série de bâtiments et d’ouvrages arborant un style architectural à la française y voient le jour (villas normandes, chalets savoyards, maisons basques, cathédrale, etc.).

En plus de sa beauté naturelle (chutes d’eau, lacs, prairies luxuriantes et vallées fleuries) et de températures ne descendant jamais au-dessous de 10°C en hiver, et ne dépassant pas les 30°C en été, Dà Lat devient une destination de repos idéale. Elle est rapidement surnommée «ville de l’éternel printemps» ou «Petit Paris». Le roi Bao Dai (1925-1945), dernier empereur de la dynastie des Nguyên (1802-1945), ne s’y est pas trompé, installant l’une de ses trois résidences en ce lieu.

La ville aux mille fleurs

Après 120 ans d’existence et de développement, la ville de Dà Lat est aujourd’hui connue pour être une station de repos, avec son climat doux toute l’année. Elle est en passe de devenir un grand centre culturel, économique et politique de la province de Lâm Dông. En 2004, la ville a organisé la première édition du «Festival de fleurs de Dà Lat». Un franc succès jusqu’à maintenant, puisque cette initiative a été maintes fois reconduite. Ce festival de fleurs est un événement culturel et touristique bisannuel dont le but est de valoriser la floriculture et ses acteurs. Le comité d’organisation espère qu’avec la participation active des administrations, des entreprises et des habitants de Dà Lat, ce festival laissera des souvenirs inoubliables à ses visiteurs.

Le gouvernement et le ministère de la Construction s’intéressent depuis longtemps à l’élaboration d’un plan d’aménagement de cette ville, lequel devra prendre en compte la préservation du patrimoine naturel et historique. D’après le président du Comité populaire de la province de Lâm Dông, Nguyên Xuân Tiên, dans le contexte du développement et de l’intégration internationale du Vietnam, l’aménagement et l’élargissement de la ville de Dà Lat est incontournable.

Toutefois, pour assurer un développement durable conformément aux atouts dont elle dispose, l’aménagement doit respecter la préservation des patrimoines architecturaux, les paysages existants et l’harmonie entre culture et développement.

Le Comité populaire de Lâm Dông a invité l’Agence française Interscène - en coopération avec l’Institut d’aménagement urbain et rural du Sud - à étudier, conseiller et élaborer un projet d’aménagement de la ville de Dà Lat d’ici 2030 et sa vision pour 2050, lequel a pour vocation d’être présenté prochainement au gouvernement vietnamien.