Au Tây Nguyên, trois lacs à visiter
Mettre à jour: 24 Mars 2014
Le romantique Xuân Huong, le gigantesque Lak ou le sauvage T’Nung. Trois lacs des hauts plateaux du Centre (Tây Nguyên) qui séduisent de nombreux voyageurs.

Le sauvage T’Nung

Sur le circuit de Pleiku à Kon Tum, les touristes ont l’occasion d’admirer le lac T’Nung. T’Nung signifie «la mer sur la montagne». Perché à 1.000 m d’altitude, ce lac se situe dans la commune de Biên Hô (ville de Pleiku), dans le nord de la province de Gia Lai. Il a comme autre nom «Biên Hô» (le lac océan) car il couvre 250 ha et est profond de 30 m. À la saison des pluies, il gagne 400 ha.

T’Nung figure parmi les plus grands lacs du Tây Nguyên. En novembre 1988, il a été reconnu par le ministère de la Culture et de l’Information (actuellement le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme) comme site touristique national. Ce site est en grande partie vierge.

Concernant l’origine du lac, les habitants se transmettent de génération en génération une légende. Autrefois, se trouvait ici un village baptisé T’Nung. Un jour, des pluies torrentielles se sont abattues, le détruisant complètement. À la place, un trou très profond. Les survivants pleurèrent. Leurs larmes le comblèrent et le transformèrent en lac. Selon les scientifiques, il occupe le cratère d’un ancien volcan.

Pour découvrir le T’Nung, les touristes prennent une jonque. Ensuite, ils arpentent des villages des ethnies minoritaires Ba Na et J’rai. Ils sont invités à y séjourner une nuit où ils peuvent goûter des poissons grillés sur le feu de bois et du ruou cân (alcool siroté avec une tige de bambou).

Le romantique Xuân Huong

En plein coeur de la ville de Dà Lat (province de Lâm Dông), il y a un lac artificiel baptisé «Xuân Huong», nom d’une grande poétesse vietnamienne. Cette femme est aussi appelée la «reine de la poésie Nôm». Le Nôm est l’ancienne écriture vietnamienne.

Le lac Xuân Huong s’étend sur 32 ha, mesure en moyenne 1,5 m de profondeur et est perché à 1.478 m d’altitude. Autrefois, c’était un marécage à souchets, une vallée prospère où l’ethnie K’ho cultivait le riz. En 1919, à l’initiative de l’administrateur Cunhac, l’ingénieur Labbé barra le ruisseau Da Lach pour créer un lac artificiel. Les Français l’appelèrent le Grand Lac. En 1953, ce lac devint «Xuân Huong». En novembre 1988, il a été reconnu site touristique national, le premier de la province de Lâm Dông.

Vu de loin, le lac Xuân Huong a la forme d’un croissant de lune avec une surface très calme et limpide. Il ressemble à un grand miroir. Au bord du lac, pelouse, grands pins, saules appellent les touristes au farniente, et les amoureux aux confidences.

Le gigantesque Lak

Deuxième plus grand lac du Vietnam derrière lac Ba Bê (province de Thai Nguyên, Nord), le Lak se trouve dans le bourg montagneux de Liên Son du district de Lak, à 50 km de Buôn Ma Thuôt. C’est un des sites poétiques encore vierges de tous aménagements touristiques d’ampleur.

Relié à la rivière Krông Ana, ce lac naturel s’étend sur 500 ha. Là, les touristes peuvent visiter une des résidences du dernier roi Bao Dai et un village de l’ethnie M’Nông installé au bord du lac depuis des générations.

Selon une légende M’Nông, autrefois, un homme était le fruit de l’amour d’un Génie du feu et d’une femme M’Nông. Après un combat, le Génie du feu vainquit celui des eaux causant de graves sécheresses dans la région. Pour réparer la faute de son père, cet homme partit à la recherche d’une autre région avec des sources pour les villageois. Cette région est Lak.

Source: CVN