Dans le cadre des activités célébrant le 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et le Vietnam, et en écho à l’Année du Vietnam en France 2014, l’Académie des Sciences d’Outre-Mer de France, en partenariat avec les Universités de Paris-Sorbonne, Nantes et Jean-Moulin Lyon III, organise du 20 au 23 mars à Paris le colloque international "De l’Indochine coloniale au Vietnam actuel".

Cet évènement attire de nombreux érudits et professeurs d'instituts de recherche et d'universités renommées de France et de plusieurs pays du monde, dont les universités de Paris-Sorbonne, Paris V-Descartes, Paris-Diderot et l’Institut militaire (France), les universités Washington-Seattle, Columbia et Sacramento (Etats-Unis), les universités Ottawa et Toronto (Canada), l’université nationale de Singapour, l’université Keio (Japon), l’Université nationale de Hanoi, la Direction d’Etat des Archives du Vietnam…

La soixantaine d’interventions qui sont présentées pendant ces trois jours dressent un tableau panoramique de la société vietnamienne durant plus de 150 ans, notamment de la première conquête française en 1858, de la formation d’une administration coloniale, de l’exploitation des plantations d’hévéas et de café, de la guerre d’Indochine, du processus de décolonisation et du Vietnam après la guerre…

Ces travaux scientifiques, les débats et tables rondes mettent en évidence le développement continu et soutenu du Vietnam dans les courants de l’histoire, ainsi que ses perspectives de développement durable avec la politique d’ouverture et d’intégration au monde.

Dans son allocution de bienvenue, l’ambassadeur du Vietnam Duong Chi Dung a estimé que le colloque permet de revivre ensemble les jalons les plus importants de l’histoire contemporaine du Vietnam qui, certes, est marquée par des moments douloureux et difficiles, des interactions complexes entre ses acteurs internes et externes, mais surtout par le dynamisme d’une société qui cherche à reconquérir son indépendance, à évoluer et à s’ouvrir vers l’extérieur.

Il s’est réjoui de la richesse des thèmes, de la présence de scientifiques et de chercheurs de diverses universités et instituts de recherche, comme de la qualité des interventions. "Cela montre que le Vietnam continue de faire l’objet de nombreuses recherches". Il a espéré que durant ces trois jours, les participants, à travers leurs regards croisés et riches, apporteront des éclairages sur les moments critiques de cette période et mèneront également des réflexions pour approfondir ces relations, leur donner plus d’innovation et d’efficacité, notamment dans le contexte où le Vietnam et la France viennent de signer en septembre 2013 un partenariat stratégique.

M. François Weil, Recteur de l’Académie de Paris, a estimé que ce colloque qualifié de "premiers entretiens d’Outre-Mer" est un temps fort de l’Année du Vietnam en France 2014, qu’il explore les "dimensions mémorielles d’une histoire que la France et le Vietnam ont en partage" avec "autant de facettes d’une relation bilatérale vivante dans un passé commun". "L’Année France-Vietnam au travers de la programmation particulièrement riche qui est prévue permet ainsi, à côté des grands domaines de coopération, d’explorer de nouvelles disciplines, de trouver de nouvelles occasions d’inspiration et d’échange et de nouveaux modes communs d’appréhension des industries culturelles et créatives, ou encore de repenser la réalité des échanges économiques de l’avenir sur des secteurs d’activités novateurs comme le design, l’architecture, ou encore la mode et les secteurs traditionnels", a-t-il précisé.

Selon lui, ces liens, après tant d'épreuves, sont devenus aujourd’hui des bases permettant d’intensifier et d’élargir les champs de coopération, de mettre en œuvre de nouveaux modes de coopération dans l'intérêt commun des deux pays.

Le prince consort Henrik de Danemark qui a vécu 8 ans de son enfance au Vietnam assiste aussi à ce colloque. Dans son histoire personnelle qu'il a évoquée à cette occasion, il n’a pas caché ses sentiments profonds à l’égard du Vietnam, un grand ami fidèle, selon lui. Il a apprécié l’initiative d’organiser ce colloque qui aborde une riche et dense période de l’histoire entre la France et le Vietnam, et affirmé que malgré les hauts et les bas de l’histoire, les deux pays ne cessent de s’apprécier et de s’accorder l’un à l’autre de bons sentiments. Il est également convaincu que, fort de sa politique de renouveau intégral, le Vietnam bénéficiera d'un développement spectaculaire dans l’avenir.

Source: AVI