Mettre à jour: 05 Mars 2014
L’ethnie minoritaire Hà Nhi se distingue par de nombreux traits culturels originaux. Parmi eux, les longs cheveux artificiels nattés et l’organisation du Nouvel An lunaire.  


Si vous allez dans les provinces montagneuses de Lào Cai, Lai Châu et Diên Biên (Nord), vous verrez beaucoup de petites maisons en torchis Hà Nhi installées au pieds des collines, à proximité de rivières et ruisseaux. Cette ethnie a deux autres noms : Xa U Ni et U Ni.

Les femmes et leurs perruques

Les Hà Nhi sont réputés depuis longtemps comme étant des gens très travailleurs. Ils se donnent beaucoup de peine pour cultiver le riz inondé sur les rizières en gradins et le cotonnier, duquel ils tirent leurs vêtements chamarrés. Les Hà Nhi teignent les tissus avec des plantes et réalisent des tenues vert et noir, agrémentées de bordures. La manche se distingue par les motifs multicolores. Pour finir la fabrication d’une tenue, plus d’un mois sont nécessaires, dont une semaine rien que pour les motifs brodés des manches.

Les femmes Hà Nhi accordent une grande attention à leur chevelure. Elles confectionnent des perruques, des turbans. Les perruques sont nattées avec des filaments tirés d’écorces et de racines, puis teintes.

Les jeunes femmes lient leurs cheveux naturels aux perruques pour composer une longue chevelure, nattée en trois brins qui sont ramenés sur les côtés et derrière la tête. La chevelure joue un rôle important dans la vie des femmes Hà Nhi. Elles ne quittent jamais leur chevelure malgré son poids. Pour l’embellir, elles le couvrent d’un turban carré brodé de motifs aux angles.

Les enfants, notamment les petites filles, portent des chapeaux de diverses couleurs et formes, décorés de pièces d’argent. Ces pièces expriment le souhait d’une vie heureuse et sont également utiles pour chasser les vents mauvais. Les Hà Nhi pensent en effet que les chapeaux des enfants préservent leurs âmes. Celui du garçon a des couleurs criardes. Celui de la fille est plus beau, orné de colliers de perles de différentes couleurs. Les chapeaux des enfants montrent le sens esthétique des Hà Nhi.

Le Têt traditionnel Co Nhe Chà


L’ethnie Hà Nhi organise trois fêtes importantes dans l’année. La première, appelée Ga Ma, se déroule à la fin du village au début du 1er mois de l’année lunaire. La deuxième, Gie Khù Chà, a lieu le 15e jour du 7e mois du calendrier lunaire, à l’entrée du village. La plus importante fête est Co Nhe Chà, à la fin du 10e mois ou début du 11e mois lunaire, soit deux mois avant le Têt de l’ethnie majoritaire Kinh. Elle est considérée comme le Têt traditionnel des Hà Nhi.

La fête Co Nhe Chà intervient lorsque les Hà Nhi viennent de récolter le riz et avant que la nouvelle campagne ne soit entamée. À la différence du Têt traditionnel des Kinh, celui des Hà Nhi est choisi par le conseil des patriarches et des chefs de villages, selon la météo, les capacités financières des foyers aussi. Lors de la dernière journée de l’année, chaque foyer sacrifie un coq pour rendre le culte aux ancêtres. La nuit, le pilonnage du banh dày (gâteau de riz gluant cylindrique) et la fabrication du banh trôi ou banh cha lê (d’autres sortes de gâteaux de riz gluant) résonne dans tous les coins des villages.

Auparavant, la fête Co Nhe Chà durait sept jours, contre seulement trois aujourd’hui. Les jours fériés, les villageois se regroupent dans la maison du fils héritier de la famille pour rendre un culte aux divinités, sans brûler de bâtonnets d’encens. Sur l’autel, ils déposent porc, banh trôi, alcool, riz et thé vert.

 

Source: