Le café Xe Cô à Hanoi aux yeux d'un Congolais
Mettre à jour: 10 Février 2014
Arrivé au Vietnam depuis deux mois, Freddy Mulumba, un volontaire de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a eu l'occasion de découvrir la culture du café du Vietnam, lors de sa visite au café Xe Cô, dans la rue Hàng Bún, à Hanoi.  

 
À l’invitation d’un ami vietnamien, Freddy choisit une petite table installée sur le trottoir pour siroter du café tout en contemplant le bruyant quotidien des rues de Hanoi.

Sous les gouttes de café qui tombent doucement dans la tasse, les deux amis débutent leur conversation autour de la culture du café au Vietnam. Freddy affirme qu’au Congo, son pays d’origine, il est très rare de boire du café surtout en public. Généralement, le café est pris soit à la maison soit au bureau. Il se dit donc surpris de voir que la boisson est très populaire et très consommée au Vietnam.

Après avoir plongé quelques cuillerées de sucre dans sa tasse, pris une gorgée, respiré l’odeur alléchante et savouré la propagation lente de l'amertume de la boisson à sa gorge, Freddy avoue être séduit par le café vietnamien.

"Le café vietnamien, je l’ai trouvé très original, très pur... Vous goûtez une fois, vous êtes captivé, vous avez envie d’en prendre encore et certainement d’y revenir à chaque fois pour prendre une nouvelle fois", déclare Freddy Mulumba, volontaire international de l’OIF au Vietnam.

À côté des cafés aromatiques, les clients du café Xe Cô sont aussi fascinés par sa décoration unique. Les tables sont de vieilles machines à coudre de la marque Singer. Avec des lignes harmonieuses, ces machines étaient des objets plus étroitement liés à beaucoup de familles vietnamiennes durant des années où les conditions économiques étaient difficiles.

Outre des machines à coudre, des ventilateurs, d’anciens modèles de téléphone fixe ou des pendules datant des années 1920 sont également utilisés pour décorer le lieu. Les anciennes photos du Club de moto de Hanoi rendent l’espace très unique.

"Ici, au-delà du fait que vous venez prendre le café, il y a ce côté architectural, historique, avec ces monuments collectionnés et exposés, vous avez le temps de faire un peu du tourisme, avec lequel le café s’accompagne. Et ça ne fait que rajouter un plus pour un étranger qui découvre", ajoute Freddy.

Amour pour les objets anciens

Heureusement que Freddy et son ami ont l’occasion de rencontrer et de discuter avec le propriétaire du café, Trân Quang Vinh, surnommé Vinh "Nouvelle-Calédonie". Né dans les années 1960 en Nouvelle-Calédonie, il retourne au Vietnam alors qu’il est encore jeune. Vinh informe que c’est de son père qu’il a hérité l’amour pour les objets anciens qui sont aujourd’hui une partie de sa vie. Difficile donc de déterminer avec exactitude quand tout a commencé.

"Je suis né en Nouvelle-Calédonie. Lorsque ma famille est rentrée au Vietnam, nous avons ramené des voitures 403, 404, AV 89, et des vélos Peugeot... Quand j'ai grandi, suite à la situation économique difficile, nous avons vendu un certain nombre de ces objets. Après avoir pris congé du service militaire, j’ai travaillé et gagné un peu d'argent. Donc, j’avais décidé de les racheter", dit Trân Quang Vinh, propriétaire du café Xe Cô.

Pour combler la curiosité de l’invité spécial venu du Congo, Vinh l’invite ainsi que son ami à monter au 3e étage du café où il a établi un petit musée d'antiquités. Freddy est vraiment surpris par les objets anciens stockés dans ce lieu. Des centaines d'antiquités - pendules, lampes, téléphones, machines à écrire, tourne-disque, bicyclettes et motos anciennes - sont exposées dans la chambre. Il semble que chacun de ces articles explique un souvenir ou une anecdote d’une ancienne histoire.

Ces antiquités ont été collectionnées dans toutes les provinces du pays, et même de l'Europe. Pour Vinh, elles constituent de grandes fortunes à la fois matérielles et spirituelles. Mais c'est grâce à ces objets anciens que son café Xe Cô attire de plus en plus des Hanoiens.

"Les personnes âgées s’y rendent pour se remémorer bien des souvenirs. Les jeunes ayant actuellement un goût pour l’art, ils fréquentent le café pour admirer la collection de vieilles motos, d'objets anciens avec de très belles lignes ainsi que de petits détails", explique Vinh.

Dans la grande pièce, le tourne-disque de marque Mc Intosh utilisé il y a plus de cinq décennies par des élites est considéré comme un des éléments les plus appréciés de la collection de Vinh. Bouton, levier, amplificateur, moniteur, haut-parleurs Tannoy dont le prix est estimé à plus de 10.000 dollars ont été rachetés pour former ce magnifique appareil. La qualité impeccable du son qu’il dégage force toujours autant l’admiration. Vinh révèle que la musique jazz et la musique lente lui assurent une bonne détente et apaisent ses nerfs face à la vie animée et aux bruits de l'extérieur.

Souhait d'ouvrir un musée individuel

La mobylette des années 1950 accrochée sur le mur au milieu de la salle est la plus impressionnante de sa collection d'antiquités. Ce type d’engin fabriqué par le constructeur français Motobécane fut très populaire au Vietnam à l’époque.

Son cylindre scalène a la forme des oreillons. Elle est identifiée par ses cylindres circulaires, son pignon et son moyeu collés de manière à ce que si l’un est endommagé, c’est tout l’appareil qui perd sa valeur.

Le patron du café Xe Cô indique que constituer une telle collection d'antiquités n’est pas chose aisée. En plus de la collection, leur assemblage est souvent difficile à réaliser lorsqu’il faut prendre en compte l’impatience du public passionné d’articles anciens.

Freddy a quant à lui la chance de voir ces vélos et motos dépiécés avant leur assemblage. En effet, ces engins autrefois appréciés pour leur luxe sont aujourd’hui réduits en tas de ferraille. On imagine ainsi les efforts et le travail abattu par Vinh pour faire constituer sa collection.

"Quelques fois pour finir le montage d’appareils, je peine à retrouver certaines pièces même lorsque je les cherche. C’est pourquoi je partage ces difficultés avec des gens qui s’intéressent à la collection et à la réparation", conclut Vinh.

Se consacrant au café Xe Cô pour faire du lieu une destination idéale pour ceux qui veulent revivre de riches souvenirs des années passées, Vinh souhaite également ouvrir un musée individuel pour exposer ses trésors antiques.

Quant à Freddy, il a la chance de déguster du café vietnamien dans un espace culturel unique - espace des personnes passionnées par les antiquités.
Source: CVN
Rapporter