Situé dans la province centrale de Quang Nam, à 69 km au Sud-Ouest de Danang,  le sanctuaire de My Son est niché dans une vallée. Avec ses 70 bâtiments en brique et en pierre construits entre le IVe et le XIIIe siècle, My Son est un ensemble architectural remarquable du royaume du Champa. Comparable aux constructions les plus célèbres d’Asie du Sud-Est, le site a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1999.  

Les premières tours-sanctuaires auraient été construites au IVe siècle. My Son était autrefois la capitale religieuse et politique du royaume du Champa ainsi que le lieu de sépulture des rois et des moines. D’après Kazik, un architecte spécialiste du site, les Chams ont réalisé cet ouvrage architectural somptueux du 4è au 13è siècles.

L’architecture des monuments reflète l’influence culturelle de l’Inde. La plupart des tours possèdent un toit pyramidal censé représenter le mont Meru, demeure des dieux du panthéon hindou. La tour principale est entourée de tours plus basses, toutes orientées à l’Est pour recevoir la lumière du soleil. Huynh Tan Lap, vice-président du comité de gestion du site, explique : « La religion célébrée  ici est l’hindouisme qui vénère 3 dieux principaux sous la forme abstraite du linga et du yoni, symbole de la masculinité et de la féminité, autrement dit de l’énergie créatrice. L’union de ces 3 dieux  représente la totalité du monde. Le linga et le yoni sont les objets de culte dans les temples principaux.»

Ces temples sont construits en brique, les piliers en pierre sont décorés de bas-reliefs en grès qui représentent des scènes de la mythologie hindoue. Ce sont des sculptures délicates et très expressives. Dat Chu, un cham à Ninh Thuan, indique : « Parler de la culture champa, c’est parler de la diversité et de l’originalité. Les scientifiques n’en finissent pas de découvrir des énigmes de la culture champa qui sont cachées dans chaque brique, chaque pierre. Non seulement moi mais tous les Chams à Ninh Thuan en sont très fiers ».    

Wu Shang est un touriste chinois : « Je suis allé à Hue, à Danang, à Hoi An et maintenant à My Son car le sanctuaire est inscrit au patrimoine mondial. J’ai visité plusieurs sanctuaires dans le monde mais il faut dire que  celui de My Son est particulièrement bien préservé ».  

Bien que de nombreuses tours aient été endommagées par les bombardements américains pendant la guerre, ce qui reste suffit pour émerveiller n’importe quel visiteur. Le sanctuaire de My Son est décidément un témoin privilégié de l’histoire de l’ancien Champa, et une partie importante du patrimoine mondial./.

 

Source: