La région du Tây Nguyên (Hauts plateaux du Centre) tient sa réputation du riche patrimoine culturel des gongs, de ses éleveurs d’éléphants, mais également de la richesse de ses sites historiques.  

La cordière Truong Son et la piste éponyme légendaire sont des hauts-lieux des exploits militaires du peuple vietnamien pendant la guerre de Libération. Développer le potentiel touristique de ces lieux permettrait leur mise en valeur, et redonnerait du souffle au patriotisme de nos ancêtres. Deux localités du Tây Nguyên, Dak Nông et Gia Lai, déploient aujourd’hui activement leurs efforts pour faire du tourisme des sites historiques le fer de lance de l’attractivité de la région.

Nâm Nung, ancien site révolutionnaire

Dak Nông est une province aux riches traditions culturelles qui compte de nombreux sites révolutionnaires. Une des destinations les plus attrayantes est celle des vestiges de la base de la Résistance Nam Nâm Nung, fréquentée par les touristes visitant les hauts plateaux du Centre. En 2005, ce site fut reconnu site historique national par le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme.

Le site de Nam Nâm Nung s’étend sur plus de 30 km², traverse la commune de Quang Son, district de Dak Gl’ong, puis le chantier d’exploitation forestière Dak N’tao, et enfin la réserve naturelle Nâm Nung. L’ensemble des vestiges de la base de la Résistance Nâm Nung comprenait à l’époque (entre 1968 et 1971) le comité provincial du Parti et les forces armées provinciales Quang Duc, situées au pied de la colline Yok K’Lé Lay. Autour de cette ancienne base Quang Duc, on peut encore voir d’anciens abris, des tranchées en zigzags, ou encore un four Hoàng Câm. Ce dernier tire son nom du cuisinier l’ayant réalisé lors de la campagne de Hoà Binh de 1951-1952. Il permettait de cuisiner en temps de guerre sans que la fumée ne soit détectée par l’ennemi. Ce type de four était très souvent utilisé pendant la campagne de Diên Biên Phu en 1954.

Il reste également des traces visibles des endroits aménagés par les soldats pour des cultures maraîchères (riz, maïs, pommes de terre, manioc...). Au centre du site se dressent encore les maisons et abris des soldats des forces armées provinciales. 

Depuis le sommet de la colline, les visiteurs surplombent le bureau du comité provincial du Parti, formant un grand Z de près d’un mètre sur 2,5m. On distingue également distinctement les maisons de travail des chefs des forces armées. À quelques kilomètres de là vers le Nord, près du ruisseau Dak Diên Clou suivant l’orientation du nord, se dresse une petite maison, autrefois la base du comité provincial du Parti et lieu de résidence de son secrétaire Trân Phong (alias Bay Biên). 

Un peu plus loin, une falaise abrite un abri naturel pouvant dissimiler une dizaine de personnes. De là, on peut également admirer une cascade d’environ quatre mètres de haut qui cachait autrefois la «salle de réunion» qui, en 1969, a accueilli le premier Congrès du Comité provincial du parti.

Il est parfois difficile à croire, et peu de gens le savent, que les paysages grandioses d’aujourd’hui étaient en leur temps le cœur d’une des bases révolutionnaires de la guerre anti-américaine. Ces lieux permettent aux visiteurs une immersion dans une nature d’une grande beauté, entre ruisseaux et cascades aux eaux limpides, tout en se remémorant une époque héroïque.

Le glorieux village Stor

Le district K’bang, province de Gia Lai, est la terre natale du héros national Dinh Nup (1914-1999). Originaire de l’ethnie de Bana, celui-ci est né dans village de Stor, également appelé Kông Hoa. L’histoire de cet homme est devenue légendaire, et elle est notamment reprise dans le célèbre roman Dât nuoc dung lên (Le pays se soulève) de l’écrivain Nguyên Ngoc. Avant même la révolution d’août 1945, Dinh Nup mobilise le village Stor en vue d’une contre-offensive contre l’ennemi français, tuant une centaine d’entre eux, à l’aide d’armes les plus rudimentaires, comme des chausse-trapes en bambou, des arcs et des flèches. Il s’érige en modèle dans la région du Tây Nguyên, représentant héroïque de la lutte pour la libération du pays.

De septembre 1950 à février 1951, les armées françaises lancent dix tentatives contre le village Stor. Au mois de décembre 1950, 400 soldats français sont mobilisés pour mater la résistance du village. Mais sous la direction de la section locale du Parti et de Dinh Nup, les villageois tirent avantage d’un relief montagneux escarpé pour mener d’efficaces contre-offensives et défaire l’ennemi. Dinh Nup est le premier habitant du Tây Nguyên à se voir accorder le titre de «Héros des forces armées populaires». 

Le village de Stor, désormais célèbre, a été classé patrimoine historique et culturel par le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme pour la vaillance de sa résistance. Un mémorial s’y dresse aujourd’hui, en mémoire de la lutte des villageois, ainsi qu’un monument en honneur du héros Dinh Nup, rappelant ses exploits militaires lors des résistances. Il a mobilisé et unis dans l’effort les ethnies Bana, Ja Rai et Ê dê.

Dans la province de Gia Lai, il ne faut pas oublier le rôle de l’ancien siège du comité provincial du Parti, qui mena pendant 20 ans (entre 1955 et 1975) des politiques décisives pour la victoire finale du Gia Lai.

Un voyage au cœur des vestiges révolutionnaires du centre du Vietnam offre ainsi un regard renouvelé sur une histoire souvent méconnue de la région, tout en contemplant la beauté de la terre du Tây Nguyên.

Source: AVI