Mettre à jour: 20 Novembre 2012
Village vieux de plus de 400 ans, Dông Binh (commune de Hoà An district de Phu Hoà) est situé en banlieue de la ville de Tuy Hoà, province de Phu Yên. Ses galettes de riz sont connues dans les régions côtières du Centre méridional et même bien au-delà.

Suivant un petit chemin, nous arrivons à un village où le paysage est en tous points semblable à un village du Nord : touffes de bambou, arbre centenaire au carrefour, maisons en briques entourées de vergers, chemins vicinaux étroits encadrés de murs épais. Cependant, la plus grande différence est la multitude de treillis en bambou où sèchent des galettes de riz.  

 

Nous visitons la maison de Nguyên Ngoc Anh, dont la famille exerce ce métier depuis huit générations. Il a cinq enfants qui savent tous faire des galettes de riz. «Dans le village, on compte environ 130 familles qui font des galettes de riz selon les traditions ancestrales", a-t-il déclaré. Sa plus jeune fille, Nguyên Thi Ngoc Huong (23 ans), tout juste diplômée de l'Ecole supérieure de tourisme de Nha Trang, nous a servi de guide pour découvrir le village.


La saveur spéciale des galettes de riz de Dông Binh est due tout d’abord à une variété de riz cultivée dans les rizières fertilisées par les alluvions du fleuve de Dà Rang. L’eau provient d’une source souterraine. Les grands grains de riz doivent être sélectionnés avant le broyage. Ensuite, les étapes comme broyage, préparation d’une couche mince de farine liquide cuite à la vapeur, empilage, séchage… nécessitent de la méticulosité. L'étape la plus importante est de réaliser une couche mince de farine liquide. Si elle est trop mince, elle se déchire quand on y roule la farce des nem (rouleaux de printemps) ; si elle est trop épaisse, les nem ne sont pas bons. Selon Nguyên Thi Ngoc Hà (36 ans), enseignante d’une lycée, "faire fortune avec ce métier est difficile, mais il garantit toujours un emploi et un revenu stables. A côté de mon travail à l’école, j'ai l'habitude de faire des galettes de riz et gagne de 50.000 à 100.000 dôngs par jour."


Chaque jour, un foyer produit plus de 2.000 galettes, mais jusqu’à 2500 - 3000 à l’approche du Nouvel An lunaire où la demande explose. Quand elles sont séchées, elles peuvent être emballées et envoyées immédiatement au client. La plupart des familles ont leurs propres clients, l’une les envoie à Nha Trang, l'autre au marché central de la ville de Tuy Hoà, et d’autres à des restaurants. 

 

Depuis que l'Association des producteurs de galettes de riz de Dông Bình a été établie en 2008, ce métier a connu un grand changement. Suivant l’adage « l’union fait la force », les familles ont établi des liens étroits en matière d’informations sur les marchés, de technologies etc... De nombreuses familles ont investi des centaines de millions de dông dans des équipements de production automatique afin de remplacer les méthodes artisanales, contribuant à la forte baisse des coûts. Cet appareil a une capacité de production de 10.000 galettes/jour, soit 10 fois plus que la méthode artisanale. En particulier, l'Association des paysans de Phu Yên a accordé des prêts à plus d’une centaine de familles.


Le district de Phu Hoà a également dressé un plan pour investir davantage dans le développement des établissements de production dans le village de Dông Binh et les soutenir dans l’enregistrement d'un label collectif, ainsi que dans l’organisation de cours de formation professionnelle.

Source: