La culture d’Oc-Eo dévoile ses secrets
Mettre à jour: 13 Août 2012
La culture d’Oc-Eo est apparue et s’est développée lors des dix premiers siècles de notre ère dans le delta du Mékong. Elle a été découverte dans le bourg d’Oc-Eo à Vong Thê, dans la province d’An Giang.

Oc-Eo est le toponyme du district de Thoai Son, province d’An Giang (delta du Mékong). En ce lieu, des archéologues ont trouvé il y a près de 70 ans les traces d’une civilisation éblouissante, concomitamment à la découverte de la culture de Dông Son au Nord Vietnam. Depuis, le terme Oc-Eo a été utilisé pour désigner des vestiges et antiquités de Phù Nam trouvés lors de campagnes de fouilles menées dans plusieurs localités du delta du Mékong.

Selon plusieurs études, le royaume de Phù Nam a connu deux phases de développement: la première du Ier au IIIe siècle, et la seconde, qui correspond à son apogée, du IVe au XIIe siècle. Après nombres de hauts et bas, ce royaume a décliné pour finalement disparaître.

Les nombreuses campagnes de fouilles réalisées dans les autres provinces du Sud ont mis à jour des milliers d’objets qui témoignent des échanges économiques avec les grandes civilisations de l’époque, Chine, Inde, Iran, Rome... Ils ont permis de mieux comprendre la vie et la culture de gens d’une époque éloignée à travers outils, céramiques, bijoux, statues et statuettes.

Après 70 ans d’étude, le Phu Nam est de mieux en mieux connu aujourd’hui, son importance en tant que culture est indéniable, de même que pour la connaissance et l’étude de l’histoire de cette région.


Une histoire magnifique


Afin de permettre à tous publics de découvrir ou d’approfondir leur connaissance de la culture d’Oc-Eo, surprenante à bien des égards et toujours quelque peu mystérieuse, le Musée de l’histoire national a inauguré le 25 juillet une salle d’exposition qui lui est consacrée. La centaine de pièces sélectionnées donnent aux visiteurs une vue générale de celle-ci en la resituant dans le tableau plus général des cultures qui se sont développées au Vietnam.

 

En visitant cette salle d’exposition, on peut notamment admirer des bijoux : bracelets, bagues, anneaux, boucles d’oreilles, chaînes soigneusement maillées, pierres telles que jades, agate et quartz, verre...


Les ustensiles et outils de la vie quotidienne et autres objets de décoration sont en nombre également, pour la plupart en céramique, tels que marmites, vases, bols, bouteilles, tasses... et même des fours, très importants dans les cultures de la riziculture inondée.

 

On peut aussi observer des bas-reliefs en terre cuite qui ornaient les pagodes et tours, ainsi que des statues et statuettes en pierre, bois ou bronze qui montrent un développement architectural et artistique avancé comme de nombreuses interférences entre les autres civilisations de la région.

Cette exposition, qui dure un mois, est le fruit d’une coopération entre le Musée d’histoire national, celui de la province de Bà Ria-Vung Tàu (Sud) et le Musée d’histoire de Hô Chi Minh-Ville.

Source: Le courrier du Vietnam